21 novembre 2018

4 novembre 2018

Déces de José Caillez LA : 1958/? (Suite de l'article ci-dessous ...)

Message et photos de Régis Cailliez : "Bonjour, je confirme le décès de mon Papa le 25 septembre. Moi et ma famille sommes très émus de ce souvenir. Mon père avait gardé intacte sa passion pour le sport... Régis" (Photos de 1958 puis de 1962, sur le stade avec JP Leroy et ?)



3 novembre 2018

Cérémonie 2018 au carré des élèves pour la Toussaint.

" aprés le remarquable travail de rénovation des stèles effectué par Mariannick et Jean-Marie Guérin, le nettoyage des colonnes et de la Croix , le Carré des Elèves était prêt pour l'habituelle cérémonie de la Toussaint. Patrick Rorhbein et Michel Dufils ont déposé la Gerbe des AET sur la tombe du lieutenant Biré, Mort pour la France en Indochine . "


28 octobre 2018

Déces de José Caillez ? LA : 1958/?

Message de Jean Pierre Bariller : Deces de José Caillez ?
"J'ai appris de Jean-Claude Clarot (ancien des Andelys arrivé en 1ere de Koléa, lequel vit actuellement sous le pseudonyme John Chris en Nouvelle-Calédonie - prof retraité), le décès de José Caillez il y aurait un mois ...
As-tu eu cette nouvelle ?
Je me rappelle de lui comme un des meilleurs coureurs de vitesse de l'école, avec une allure extraordinaire... Nous étions dans la même classe (M2) à/c de la 5ème (1958-59)"


12 octobre 2018

Message de Jean-Yves Delanne ...

"Le 14 août en traversant la France par les petites routes nous avons découvert un monument similaire au mont Mouchet ainsi que le musée de la résistance j’ai pris quelques photos ... AmicalE menT"









5 septembre 2018

décès de Bernard Dupas (LA46/51) Article de Michel Dufils


Notre camarade et ami Bernard DUPAS nous a quitté mercredi 29 août 2018
                                 Bernard (L.A. 46-51) (Ici en 1950 avec Nollet et Poulain et ???)
était un fidèle parmi les fidèles de la famille des AET, « …j’ai adhéré en 1951 avec seulement une interruption de 2 ans quand j’étais en Indochine…d’Algérie, j’ai fait un chèque pour la maison AET » m’écrivait-il, il y a quelque temps.  Son parcours de vie militaire, décrit avec précision et romantisme, dans le livre livre «  Enfants de Troupe de l’E.M.P. des Andelys » (*), en témoigne aussi : « sous l’uniforme, j’ai toujours porté mon insigne d’AET… ». Son attachement à la cause AET, il le traduira en action : 38 ans trésorier- secrétaire et vice-président de la section des Côtes d’Armor. (15 ans président de l’UNC des Côtes d’Armor)   Je l’avais rencontré en 2012 alors qu’il venait visiter, avec son épouse, notre Ecole… « c’est la dernière fois que je viens, à mon âge, 350 kms, ça commence à faire long » m’avait-il dit, alors que nous faisions connaissance, mais nous avons continué à correspondre car Bernard s’intéressait à la vie de notre section des Andelys, accompagnant toujours ses dons généreux d’un mot de sympathie   « vous avez de sacrés talents dans ce bureau et à la section,… je vous embrasse fraternellement » . Toujours attentif à ce que nous entreprenions , il était réjoui de notre dernière action commémorant la mémoire des Oubliés de 14/18 , « je vous souhaite la réussite pour la cérémonie, je serai avec vous par la pensée… et j’attends, avec impatience, le C.R. et les photos dans le prochain journal » et ému de la carte que nous lui avions adressé à cette occasion (ainsi qu’ à tous ceux qui n’avaient pu venir pour cause de maladie) «  je remercie Danièle Massiat pour son initiative , je suis touché par cette sympathie et l’amitié que vous me témoignez, je garde un bon souvenir de votre équipe active et dévouée , merci à tous, je vous embrasse  » . C’était son avant dernier message.   Sa santé était préoccupante depuis plusieurs mois mais Bernard se battait courageusement « revenant d’un nouveau séjour à l’hôpital où j’ai été retapé pour me permettre de participer au repas de famille pour fêter nos …Noces de Diamant ! » La Fidélité, une valeur chevillée au cœur de Bernard !    Le 28 août, Christine, sa fille cadette m’écrivait « notre père a été hospitalisé et son état s’est dégradé, ma sœur ainée et moi-même restons avec lui cette nuit…nous savons, d’ores et déjà qu’il n’y a plus d’espoir… » Bernard nous a quittés mercredi 29 août.  « Si tu passes par Perros , viens me voir, on fera un repas breton … » Merci Bernard, Merci pout tout ; Kenavo ! Michel Dufils                                                           
Ps : (*) lire et relire son émouvant témoignage dans le livre «  Enfants de Troupe de l’E.M.P. des Andelys » de Robert Faivre, Ed2A éditeur     

13 août 2018

Message de Joel Bidault : Rendez vous les 5,6 et 7 Juin 2019 ... L'AVEYRON vous connaissez ?

"2005 ! 2019 !  Trop long pour des copains qui ont tant de souvenirs en commun à partager ...
              Et si deux jours ensemble nous permettaient de faire revivre dans la bonne humeur, la mémoire des moments de camaraderie passés AUX ANDELYS.....
                         C'est l'idée que nous vous proposons pour les 5,6 et 7 Juin 2019...le temps de la réflexion!!!
              L'AVEYRON vous connaissez?    Pourquoi l'Aveyron?
              Un site exceptionnel peu connu où tout concourt à nous accueillr dans de très bonnes conditions.
(Sur place:76 chambres, restauration, loisirs pétanque et baby foot-piscine chauffée 28°)
              Le tout dans l'écrin du vignoble de Marcillac: Nous vous encourageons à voir le site.
                Il serait souhaitable que nous ayons votre décision dès que possible, le site étant souvent pris d'assaut, très prisé.En pièces jointes liste non limitative des copains susceptibles d'être parmi nous. Si certains disposent des coordonnées que nous n'avons pas, merci de bien vouloir nous les transmettre. (il en manque beaucoup....si vous pouviez compléter....)
                Nous pensons à Bernard (dit Perrine) qui dispose de ressources....
                   Avec toutes nos amitiés    Joël et jacques (Narcisse)
PJ:   SLC (audio), Programme, Devis et Liste AET à compléter et à renvoyer
Joël BIDAULT
241 Rue Paul Eluard
34980 Saint Gely du Fesc
Tél:  06 11 52 46 05 


27 juin 2018

Article de Jean Pierre Bariller (LA(57/63) à propos de la gare de Gaillon ..


> Salut Bernard,
> Ton article , avec le discours de Gentil me ramène à un souvenir moins drôle.
>
> Arrivés en convoi par les camions du 1er Train de Dupleix  (Perms de Noël 1961), on était rassemblés par sections sur le parking de la gare, ayant reçu l'ordre formel de ne pas sortir des rangs...
> Je me suis alors faufilé jusqu'au Bar-Tabac pour acheter des choses utiles pour passer agréablement le temps dans le train  (Clopes etc..).
> Quand je suis revenu, progressant comme à l'aller au travers des colonnes de section, je me suis fait harponner par un sous-officier de l'encadrement! Il m'a rappelé l'interdiction de sortir des rangs. Je lui ai répondu qu'étant en permission, j'avais bien le droit à un peu de liberté... Puis je me suis éclipsé rapidement.
>
> Au moment où je montais dans la train, une main m'a saisi au col du manteau. C'était le sous-officier qui m'avait auparavant interpellé sur la place.
> Il me dit "c'est toi qui n'était pas d'accord, tout à l'heure?". J'ai été franc, je lui ai dit "oui"! Je n'aurais pas dû, mais à 15 ans on devient rebelle... 
>
> J'ai été ramené à l'école où j'ai passé le réveillon de Noël avec d'autres punis ou sans famille d'accueil... Nous avons eu un repas amélioré avec les moineaux tirés à la carabine, dans le quartier, et cuisinés par le sergent-chef (de la Légion) CARABELIOS...>
> Ce n'est que le lendemain de Noël que l'on m'a remis dans le train!>> Amitiés>
> JP Bariller

25 juin 2018

8 juin 2018 : Discours d'Antoine Gentil (LA 58/63) à la gare de Gaillon ...


Les Andelys
Le 8 juin 2018
Monsieur le Président,
Chers Amis,
 Du haut de ces terrasses, plus d’un siècle aurait dû nous contempler.
 En effet 131 ans,
C’eut été cette année l’âge de notre école,
Si une décision aussi sentencieuse que regrettable, n’avait dans l’emportement de l’année 68, mis fin à son existence par dissolution, comme on punit un régiment.
 C’était sans compter sur ceux pour qui elle constituait un pan de vie et qui ont voulu virtuellement mais solennellement en perpétuer l’existence et le souvenir.
 Comment ne pas mettre en exergue, notre infatigable Président, Jacques MASSIAT,
Notre dynamique secrétaire, Patrick ROHRBEIN
 et notre cher, très cher Trésorier qui compte beaucoup pour nous, Michel DUFILS, auxquels il faut bien sûr associer quelques professeurs émérites du collège ROSA PARKS et du lycée JEAN MOULIN, leurs directeur et proviseur.

***


Se souvenir, ce n’est pas ringard, comme le proclament sans vergogne quelques esprits faussement progressistes ;
Ce n’est pas non plus succomber à une nostalgie maladive (l’incontournable « c’était mieux avant »), pas plus que se complaire dans la tristesse, 
C’est laisser venir à nous avec bonheur des images, des moments, des évènements du passé qui nous réjouissent.

Et c’est bien dans cet esprit que nous nous sommes rassemblés aujourd’hui et jusqu’à demain, pour faire maintenant mémoire de notre passage dans cet endroit.

Je veux dire : La gare de GAILLON – AUBEVOYE 
GAILLON – AUBEVOYE

Une dualité historique et pour nous une dualité de circonstances
Celles d’ici et celles d’en face
Je commencerai pour mieux l’achever par celles d’en face 
A la fin de la 2ème guerre mondiale, notre école repliée provisoirement à BEZIERS, à l’ombre des allées Paul Riquet, génial concepteur du Canal du Midi, retrouve ses pénates et se réinstalle dans ses murs. 
La guerre avait fait ses basses œuvres, plus de pont plus de gare.
Il a fallu faire du provisoire pour faire en sorte que les élèves de l’EMP puissent partir en « perm ». 
C’est ainsi que la gare de GAILLON – AUBEVOYE est devenue le symbole des vacances, des retrouvailles avec nos familles mais aussi, et à l’inverse, du retour à la compagnie et des retrouvailles avec l’encadrement et le travail scolaire. 

Alors, alors Monsieur PEPY
Vous auriez pu, vous auriez dû étancher notre soif de reconnaissance, répondre favorablement à notre souhait, à notre légitime aspiration de laisser une trace du passage entre 1945 et 1968, deux dates historiques par ailleurs, de plus de 70.000 élèves de l’EMP des Andelys.

C’est plus que dommage et dommageable ! 
Vous auriez de surcroit appris des choses d’importance, à savoir :
Que nous n’arrivions pas dans votre gare comme des voyageurs ordinaires
Parce qu’avant de monter dans votre train, à l’époque encore à vapeur mais qui roulait et osait même arriver à l’heure, nous avions usé de force cirage et mirror pour nous présenter au guichet dans le plus bel état.

Vous auriez appris :
Que nous avions, la veille, perçu notre viatique : 1 ou 2 francs (très anciens), un sandwich ou deux suivant les km à parcourir, un peu de lait concentré, quelques morceaux de chocolat, une ou deux pates de fruit, une orange.

Qu’après une revue de détail pour s’assurer de la perfection de la tenue, on grimpait, sourire aux lèves dans les cars et camions que nous avions vu la veille ou tôt le matin, remonter l’allée centrale. 
C’était donc bien vrai, on allait partir en perm,
Tous ensemble…
Tous ensemble ou presque.

Il y avait toujours un André Goutal pour ramasser un ou deux « pains » faute d’avoir accepté de marcher à la baguette. 
Nous étions un peu triste pour lui. Mais lui était goguenard – car c’était un rebelle l’André.
Son destin révolutionnaire était écrit……..
Il est devenu commissaire divisionnaire.

Au bout du compte nous étions d’abord joyeux.
Rien ne pouvait altérer cette allégresse,
Ni le mélange du parfum de l’orange précocement épluchée par certains et des effluves du carburant du GMC, à vous donner la nausée,
Ni l’annonce faite par les plus grands que le pont provisoire, que nous devions franchir avant d’arriver à la gare salvatrice, risquait à tout moment de s’écrouler ; il est vrai que le bruit du passage des roues de nos véhicules sur les planches disjointes pouvaient effrayer.

En réalité la joie de partir en vacances effaçait tous ces aléas.
On s’en allait, Monsieur le Président, vers Saint-Lazare, qui à l’époque, Monsieur le Président, n’était pas paralysé. 
Vous auriez encore appris :
Qu’on irait au Cinéac en attendant l’heure de la correspondance, ou flânerait aux alentours,
Le béret glissé sous l’épaulette bravant tous les interdits, les plus grands feraient un détour par le passage de Budapest et s’en vanteraient.

Voilà Monsieur le Président ce que vous auriez pu apprendre et bien d’autres choses encore.
  
Vous ne l’avez pas voulu alors pourtant que vous clamez qu’avec la SNCF, tout est possible,
Sauf de nous accorder cette petite faveur de pouvoir apposer une petite plaque discrète, mais ô combien symbolique pour nous, même pas sur la façade, mais sur le mur pignon de cette gare mythique.
Décidément la SNCF déraille. 
Vous nous avez , sous un prétexte fallacieux, privé du domaine public.
 Bien heureusement, il nous a été donné l’opportunité d’exaucer notre vœu publiquement sur le domaine privé.

Grâce à vous, Monsieur Mustafa DOGAN, grâce à vous, qui êtes désormais l’ami des AET, qui nous avez donné l’hospitalité et le bonheur d’organiser chez vous cette cérémonie festive et amicale qui nous tenait tant à cœur.
Vous resterez dans le notre et nous ne vous en remercierons jamais assez.

Chers Camarades, je vous propose avant que les hautes autorités ne dévoilent cette plaque « mémorial », d’envoyer à l’adresse de notre hôte… un triple Hip Hip Hip Hourrah suivi d’une minute d’applaudissements. Je vous remercie.

13 juin 2018

Page FACEBOOK de l'EMP des Andelys ...


Rejoignez nous sur la page Facebook, copier/coller l'adresse ci-après : https://www.facebook.com/emplesandelys

10 juin 2018

Allocution de Jacques Massiat devant le Monument aux Morts des AET de l' EMP des Andelys, le 9 juin 2018


              

L’image contient peut-être : herbe, arbre et plein air

Mesdames et Messieurs, chers amis.

Inauguré le 6 juillet 1924, notre monument aux morts témoigne, s'il en était besoin, du courage, du sacrifice et de l'héroïsme dont nos anciens ont fait preuve durant la Première guerre mondiale. Mais comment interpréter le regard de ces jeunes soldats qui se détachent en haut relief ? Comment interpréter leur regard tourné vers nous ?En partance pour le Front et devinant ce qui les attend, veulent-ils nous dire « Ne nous oubliez pas ! » ?

A moins que parcourant la longue liste des noms gravés dans la pierre, s'interrogent-ils «Et les autres ? » ?« Et les autres ? », c'est sur cette dernière interrogation que nous nous sommes lancés à la recherche des oubliés de juillet 1924. Et pour cela nous avons entrepris un long voyage à travers le temps et l'espace.Munis des noms de tous nos anciens présents à l'Ecole entre 1887 et 1918 nous sommes descendus aux Enfers, là où attend cette part de l'humanité victime de la Mort noire, celle de l'Oubli. Affrontant ces lieux humides et glacials, nous avons appelé chaque nom l'un après l'autre, comme autrefois lors de l'appel du soir.De temps à autre, une silhouette s'est levée. Son nom lui étant enfin restitué, elle semblait nous remercier avec comme l'esquisse d'un sourire sur sa face diaphane, et nous avons cru entendre « Présent ».

Revenant de ces longs et épuisants voyages, nos 141 camarades retrouvés, se sont présentés ici même, en rang par trois comme autrefois, sans distinction ni de grade ni d'âge.Un par un ils ont franchi cette stèle en verre, symbole ô combien lumineux de la résistance au temps. Et, comme par magie, le nom de chacun des « oubliés » est apparu, photographié à jamais.Enfin ils se sont retrouvés, les 241 d'hier et les 141 d'aujourd'hui.

Le grand banquet des anciens enfants de troupe, héros de la Grande guerre peut enfin commencer.Autour d'eux les quelques 140 autres anciens élèves, ceux tombés durant la Seconde guerre mondiale, en Corée, en Indochine, en Afrique du Nord et ceux morts en service commandé regardent leurs anciens, avec beaucoup d'émotion et de respect.Et tous de se rappeler cette strophe de la Marche de l'Ecole militaire  préparatoire des Andelys qui proclame, parlant de notre drapeau :
«  Nous le jurons, nous combattrons et nous mourrons pour sa défense ».Notre présence, votre présence ici, aujourd'hui, est le signe que la chaîne de la mémoire n'est pas rompue.Soyons fiers du travail accompli et œuvrons pour que nos anciens ne retombent pas dans l'oubli.
Ils le méritent vraiment.

Jacques Massiat 9 juin 2018.



8 juin 2018 : Gare de Gaillon, dépose d'une plaque en souvenir de nos nombreux passages dans ce lieu ! Exemple (en bas) : P Brunet et JY Delanne à la gare de Gaillon en ... 1964 ?



9 juin 2018

8 et 9 juin 2018 : inauguration de la stèle "Les oubliés de la grande guerre" ...

Pour les 141 Enfants de troupe Morts Pour la France en 1914/1918 et "oubliés" jusqu'à ce jour, les élèves de classe de troisième du collège Rosa Park ont lâché 141 ballons dans le ciel des Andelys. (Merci à eux !)

31 mars 2018

EMPT Le Mans ! très beau montage vidéo

20 mn de souvenirs avec nos camarades du Mans ! 

Merci à l'auteur. Cliquer ICI.


Ci-dessous : 1967

26 mars 2018

CINQUANTENAIRE & INAUGURATION DU MONUMENT LES "OUBLIÉS"


Liste des donateurs au 30 mars 2018


6 mars 2018

"Stèle des oubliés"

Merci à la FNAM (Fédération Nationale André Maginot des anciens combattants et victimes de guerre) pour sa participation de 3000 euros au financement de notre "Stèle des oubliés" qui sera inaugurée le samedi 9 juin au Monuments aux Morts de notre Ecole aux Andelys.
De plus, un grand MERCI à Madame Barthet pour son geste venu des USA, en souvenir d'Henri Barthet , AET des Andelys, mort à l'ennemi, en mai 1916 dans les combats de la Meuse.

24 février 2018

Cérémonies des 8 et 9 juin 2018 aux Andelys ...


INVITATION 

Cher Camarade,
La Section AET Andelys et Normandie serait heureuse de te compter parmi nous les
8 et 9 juin 2018. En effet nous avons retenu ces dates pour marquer deux événements importants de la vie de notre Ecole. Tout d’abord nous célébrerons le Cinquantenaire de la fermeture de l’établissement, puis inscrit dans le Centenaire de la Grande Guerre 14-18 nous procéderons à l’inauguration d’une stèle au pied du Monument aux Morts, aux fins d’honorer la mémoire de 144 de nos camarades morts pour la France et dont les noms n’étaient pas gravés dans la pierre.
Tu trouveras joins le programme de ces journées et un bulletin d’inscription qui sera à retourner à Michel DUFILS – 16 rue du Calvaire – 27100 LE VAUDREUIL, accompagné du règlement des frais de participation (chèque à l’ordre de la Section AET Andelys et Normandie).
Au plaisir de se voir, Amitiés AET

PROGRAMME

Vendredi 8 juin 2018 :
- à/c 9 h 30 Accueil au Lycée Jean Moulin,  café de bienvenue, visite de l’exposition,   échanges entre les participants.
- 12 h Déjeuner au restaurant du Lycée.
- 14 h 45 Lâcher de ballons sur le stade
- 15 h 30 Présentation du diaporama des élèves de 3e (amphi du lycée)
- 16 h 30 Recueillement des élèves de 3e au Monument aux Morts
- 18 h Dévoilement d’une plaque souvenir au « Café de la Gare » à Gaillon Aubevoye.
De légères modifications d’horaires pourraient intervenir durant de cette journée. Mais l’Accueil se fera bien à compter de 9 h 30.

 Samedi 9 juin 2018 :
- 11 h 30 : Inauguration de la « Stèle des Oubliés »
Mise en place à 11 H au Monument aux Morts de l’Ecole.
- 13 h : Accueil à la Mairie des Andelys ; Buffet.
oyé de mon iPad 

BULLETIN D’INSCRIPTION

Monsieur.................................... (à compléter)
Nombre de personnes :................... ..(à compléter)
Ecole...............Promotion.............. (à compléter)
Participera aux journées de rencontres 8 et 9 juin 2018  (veuillez nous préciser si vous ne participez qu’à une seule de ces journées en
rayant l’une des deux dates )
Le coût de participation est fixé à :
- 25€ par personne le vendredi 8
- 15€ par personne le samedi 9
Je joins mon règlement par CB à l’ordre de :   Section AET Les Andelys – Normandie
Bulletin à retourner à :
Michel DUFILS – 16 rue du Calvaire 27100 – Le VAUDREUIL
NB : L’éventuel hébergement sur la région andelysienne est du ressort des participants. Nous restons à votre écoute pour vos demandes de renseignement

20 janvier 2018

René Bauduin (suite : voir 4 articles ci-dessous) LA 1908/1911. Message de Gilles Bauduin : j’ai retrouvé cette photo de mon grand oncle René Bauduin . Un « oublié » décédé en 1914.

"Né en 1893, en 1914 il avait 21 ans. Le 12 juin 1912 (ou 1911 ?), il s’engage au 37eme RI . Engagement signé à la mairie des Andelys, à la fin de sa formation à l’EMP. Cf : fiche matricule (voir 4 articles ci-dessous).